Guillaume Boulé
Guillaume Boulé
© Phileas Photo

Artisanat

La Celle-les-Bordes

Guillaume Boulé

« Mon métier me passionne ! Les meubles sont mon terrain de jeu, ainsi mon travail reste ludique, j’ai trouvé mon équilibre. »

Publié le :

SON ACTIVITÉ

À la menuiserie Boulé, on se passe le rabot de père en fils

Cela fait un peu plus de 14 ans que Guillaume Boulé a repris l’entreprise familiale, cette menuiserie créée à La Celle-les-Bordes en 1920 par son arrière-grand-père Désiré. Il est la 4e génération de menuisiers de la famille.

La chaîne a pourtant failli être rompue. Bien qu’il ait grandi dans les copeaux et qu’il marchait dans les pas de son père, un jour il prend conscience que le bois ne « l’amuse » plus : il décide de tout arrêter et d’aller travailler ailleurs. Il deviendra vendeur dans un magasin, au secteur bois, puis il travaillera dans une entreprise de clôtures.

Une rencontre qui va tout changer

Jusqu’au jour où il va poser une clôture chez Florent Pagny. Ils nourrissent tous deux une passion pour le bois - Florent Pagny est lui-même fils de menuisier - et ils se lient d’amitié. Le chanteur arrive à le convaincre qu’il a encore énormément de pistes à explorer en matière de menuiserie… et c’est ainsi qu’il reprend l’entreprise familiale. Pendant près de 10 ans, le carnet de commandes est plein : charpentes, portails, portes, murs bois, parquets, placards pour cuisine et salle de bains, plans de travail, etc. sortent de l’atelier. Car ici on n’achète pas pour simplement poser, ici on façonne, on crée de toutes pièces !

Et quand ils fabriquent des portails à l’atelier, il y a des chutes de bois... Avec ces chutes, Guillaume Boulé « s’amuse » à faire des tabourets, des chaises. Un nouveau virage est pris quand, en 2013, Florent Pagny lui demande de créer un fauteuil qu’il a lui-même dessiné. Amusé, le menuisier se fait ébéniste et relève le défi. Ce qui aurait pu n’être qu’anecdotique marque le début d’une nouvelle aventure. Un an plus tard, ils lancent ensemble la ligne de meubles Pagny-Boulé, et en 2015 il ouvre un magasin à Montfort-l’Amaury où les fauteuils, canapés, tables, chaises de la collection sont vendus. Il est sur tous les fronts : à l’atelier la semaine et au magasin le week-end. Comme pour beaucoup d’artisans, sa femme est là, toujours présente à ses côtés, avec cette particularité qu’en plus de tout le travail administratif de la semaine (devis, facturation, comptabilité, etc.), c’est elle qui tient la boutique les vendredis et samedis, son mari se joignant à elle le dimanche.

SON ACTUALITÉ, SES PROJETS

Guillaume Boulé est donc artisan la semaine… et vendeur le week-end, ce qui n’est pas forcément de tout repos ! Pour le moment il tient le rythme car son métier le passionne.

Avec les meubles, il a trouvé son équilibre, il a son terrain de jeu. Car au fur et à mesure du temps, sa gamme s’est étoffée : tables, tables basses, bureaux, bibliothèques, etc. Chaque commande est un nouveau défi, un challenge à relever. Il ne fait pas dans le meuble en série : chaque pièce est unique et ça lui plaît, il trouve cela très ludique.

Aujourd’hui c’est la menuiserie qui fait vivre l’atelier mais à terme, il aimerait que la tendance s’inverse, que le meuble prenne le dessus et lui permette de développer son magasin.

Une entreprise qui évolue, qui travaille à rester « dans l’air du temps », qui innove tout en respectant son héritage : un bel outil à transmettre. Son fils s’apprête d’ailleurs à perpétuer la tradition, il est entré en septembre au CFA de Chartres et fait son apprentissage dans la menuiserie familiale. Aucune pression parentale pourtant, simplement l’envie de former, ce qui est une valeur forte dans la famille.

SON LIEN AVEC LE TERRITOIRE

Du made in Sud-Yvelines… 100 % naturel

C’est un lien indéfectible qu’il entretient avec la région, son village. Et il n’est pas le premier de la famille : il est très fier d’expliquer que son arrière-grand-père - déjà - ne travaillait qu’avec du chêne de la forêt de Rambouillet.

C’est pour cette raison, entre autres, que Guillaume Boulé est détenteur du label « Savoir-faire du Parc ». Elles ne sont que deux menuiseries à bénéficier de la marque, et la sienne a été la première.

Ce label récompense les artisans engagés dans une démarche : de valorisation des bois locaux gérés durablement, de respect de l’environnement et de transmission de leur savoir-faire.

La filière est très courte : le chêne (certifié PEFC et issu du massif rambolitain) est acheté à l’Office National des Forêts ; il est débité à la scierie d’Ablis ; enfin, le bois sèche naturellement à l’atelier. Il a la garantie qu’en forêt, le bois n’a reçu aucun traitement fongicide ou insecticide, puis, dans l’atelier, ne sont utilisées que des huiles végétales écocertifiées et des colles à l’eau sans solvant.

Côté transmission, au-delà des jeunes qu’il peut être amené à prendre en apprentissage, il aime faire part de sa passion. Il lui arrive de recevoir des scolaires, dans son atelier, pour leur parler de son métier, de l’art de transformer le bois. Bien volontiers, il ouvre ses portes au public, au printemps notamment, lors de Journées Européennes des Métiers d’Art organisées par le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse, ou comme ça a été le cas récemment, lorsqu’il a accueilli des entrepreneurs du territoire lors de la « Semaine des Entreprises » organisée par Rambouillet Territoires.

MES ENDROITS PRÉFÉRÉS SUR LE TERRITOIRE

Guillaume Boulé est très attaché à son village et tout particulièrement au hameau des Bordes.
Il affectionne le château des Bordes - ancien château fortifié dont il ne reste que les deux tours et l’entrée - qui est voisin de son atelier : « Je ne conçois pas de rester trop longtemps éloigné de ces deux tours. Elles font partie intégrante de mon cadre de vie, cela me chagrine lorsque je suis plus de 15 jours sans les voir ! »

 

Et pour en savoir plus sur la menuiserie Boulé, rendez-vous sur le site : www.menuiserie-boule.fr

Retour en haut de la page

Réalisation Stratis

Ouvrir la fenêtre modale événementielle