Plan Climat-Air-Énergie Territorial

Les collectivités locales ont un rôle majeur à jouer dans la lutte contre le changement climatique.
Rambouillet Territoires a décidé de se saisir de cette problématique et d’agir concrètement en adoptant son Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET).

Qu’il soit naturel ou précipité, le dérèglement climatique est déjà en marche. Il s’accompagne de phénomènes météorologiques quelquefois exceptionnels qu’il faut anticiper d’un point de vue humain, matériel et financier.

Le PCAET vise à mettre en œuvre des actions concrètes dans plusieurs domaines, en cohérence avec les orientations de la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Il s’agit de trouver des solutions pour réduire la vulnérabilité de notre territoire face au changement climatique, améliorer la qualité de l’air et préserver la santé des habitants.

Au-delà de l’obligation réglementaire, le PCAET donne l’opportunité de s’emparer de ces enjeux au plus près de la vie des habitants, des réalités et spécificités locales (économie, démographie ou géographie). C’est aussi l’opportunité d’envisager l’objectif de permettre au plus grand nombre d’habitants du territoire de vivre confortablement, en harmonie avec les ressources disponibles, sans compromettre l’avenir des prochaines générations.

PCAET, qu'est-ce que c'est ?*

PLAN

Le PCAET est une démarche de planification, à la fois stratégique et opérationnelle. Il concerne tous les secteurs d’activité, sous l’impulsion et la coordination d’une collectivité porteuse. Il a donc vocation à mobiliser tous les acteurs économiques, sociaux et environnementaux.

CLIMAT
Le PCAET a pour objectifs :
- De réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) du territoire (volet « atténuation »)
- D’adapter le territoire aux effets du changement climatique, afin d’en diminuer la vulnérabilité (volet « adaptation »)

AIR
Les sources de polluants atmosphériques sont, pour partie, semblables à celles qui génèrent les émissions de GES (en particulier les transports, l’agriculture, l’industrie, le résidentiel, le tertiaire). Dans le cas des GES, les impacts sont dits globaux tandis que pour les polluants atmosphériques, ils sont dits locaux. Le changement climatique risque d’accentuer les problèmes de pollution atmosphérique (ex. : ozone lors des épisodes de canicule).

ÉNERGIE
L’énergie est le principal levier d’action dans la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air avec 3 axes de travail : la sobriété énergétique, l’amélioration de l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables.

TERRITORIAL
Le plan climat air énergie s’applique à l’échelle d’un territoire. Le mot territoire ne s’interprète plus seulement comme échelon administratif mais aussi, et surtout, comme un périmètre géographique donné sur lequel tous les acteurs sont mobilisés et impliqués.

*Extrait du guide de l’ADEME « PCAET comprendre, construire et mettre en œuvre »

LE DIAGNOSTIC

La communauté d'agglomération a élaboré, en 2018, un diagnostic portant sur les 36 communes de son territoire mais aussi sur ses compétences et ses services.

Consommation d’énergie annuelle : 2 010 GWh

Diagnostic PCAET

Émissions de gaz à effet de serre annuelles : 440 000 tCO2e

Diag 2

 

LA STRATÉGIE

Par souci pédagogique de mobiliser les acteurs du territoire autour d’objectifs simples, l’indicateur d’évolution des émissions de gaz à effet de serre a été privilégié. Prioriser le suivi des émissions de GES n’exonère pas de suivre l’évolution de la consommation d’énergie, de la production d’énergie renouvelable et des émissions de polluants locaux qui seront pris en compte comme cela est requis par la réglementation de manière à vérifier que leurs trajectoires sont, elles aussi, bien conformes aux objectifs assignés.


Le scénario retenu est un scénario volontariste alternatif qui projette 34 % de réduction de consommation d’énergie en 2030 et 59 % en 2050 par rapport à 2017 (soit au-delà de l’objectif de 50 % de la SNBC). Il permettra d’atteindre une consommation d’énergie sur RT de 860 GWh en 2050. Il prévoit une production d’énergie renouvelable de près de 300 GWh en 2030 et plus de 460 GWh en 2050. Il permet de couvrir plus de 50 % des besoins énergétiques totaux du territoire (contre 0,5 % en 2016). Ce scénario est en cohérence avec les objectifs de neutralité carbone en considérant que le puits carbone actuel du territoire est de 136 000 tCO2e/an et qu’il est possible d’envisager un puits carbone de 160 000 tCO2e/an en 2050.

LE PLAN D’ACTIONS

Le plan d’actions est structuré autour de 9 axes stratégiques.

Les 5 premiers axes stratégiques correspondent aux principales sources de gaz à effet de serre sur le territoire ou à des activités économiques incontournables :

  • Développer une mobilité moins polluante
  • Privilégier des logements performants et un urbanisme résilient
  • Favoriser une consommation et une alimentation locales et bas carbone
  • Tendre vers une agriculture et une sylviculture résiliente et bas carbone
  • Soutenir une activité économique résiliente et bas carbone

Les 4 axes suivants relèvent davantage de la responsabilité de la collectivité elle-même et de l’exercice de ses compétences :

  • Mobiliser les acteurs du territoire
  • Déployer une politique ambitieuse d’adaptation au changement climatique (en particulier pour une gestion de l’eau efficiente)
  • Fonctionner de manière sobre et exemplaire
  • Réduire et valoriser les déchets

Contacts utiles

Jean MOLA, Directeur Développement durable

Réalisation Stratis

Ouvrir la fenêtre modale événementielle