Flash info

Piscine Les Molières : Fermeture technique / vidange du 28/06 au 21/07/2024 inclus.

Art et culture

Sonchamp

Georges Saulterre

« Finalement je ne suis qu'un témoin de mon époque. »

Publié le :

Comme aime à le décrire son ami Jean-Gabriel Tordjman (créateur cinématographe) : Saulterre « voit le monde avec les yeux d’un enfant, l’esprit d’un poète… Comme Charles Perrault ou Jean de La Fontaine, il décrit des situations dramatiques avec légèreté et humour. En inventant comme eux des histoires où humains et animaux se côtoient, il habille le monde réel de fantastique pour en révéler la Beauté. Saulterre est donc un conteur, mais, en même temps, il dit sa stupeur et sa colère, très souvent avec ironie devant le sacrifice que l’Homme fait de sa propre Terre. »

SES ACTIVITÉS

Lorsque vous rencontrez Georges Saulterre : rien chez cet homme ne laisse indifférent… Et voire même, tout chez cet homme fascine : son parcours, son œuvre, son univers !
À Paris, après des études classiques, il suit les cours de l'École des arts appliqués, où il apprend toutes les bases de la sculpture et des matériaux, de l'architecture aussi, auprès de vieux maîtres. Saulterre a le désir de créer des objets nouveaux, d'inventer des nouvelles formes, à partir de matériaux inhabituels. Designer, il commence à travailler dans l'esthétique industrielle, il crée de nombreux objets pour l'Art de la table et l'Art du feu et continue à travailler pour les plus grands verriers comme Daum, avec Argos et Panoptès. Aimant la poésie et la démesure, il propose rapidement des œuvres monumentales. Les plus connues sont ses sculptures aux abords d’axes routiers et autoroutiers : la première en 1978 sera « Le Héron cendré », d'une hauteur de 8,50 mètres, sur l'autoroute Chartres/Orléans. Plus localement, nous connaissons tous « Les Flèches des cathédrales », œuvre symbolique de 21 mètres se trouvant le long de l’A10 qui figure au Guinness des records 1998 (comme étant « L’une des sculptures la plus haute au monde faite par un homme »). Il participera à différentes expositions internationales à Sydney, Melbourne, New York, ainsi qu’en France et obtiendra à ce titre quelques années plus tard la prestigieuse Médaille d’or pour la sculpture par l’Académie des Arts Sciences et Lettres. À partir de 2005, il travaille en Chine où il installera différentes sculptures en vue de l’Exposition universelle de 2010 : à cette époque, il est l’un des rares sculpteurs français présent sur la scène artistique chinoise. Il reçoit ainsi l’Award des 12 plus grands artistes chinois et étrangers décerné par Shanghai Média Group.
En 2009, paraît le livre « Saulterre, Entre les fils tissés par le soleil ». Cet ouvrage retrace, par les œuvres qui y sont photographiées, une infime partie du travail de l’artiste. À ce jour, 1 415 créations originales en sculptures et dessins sont répertoriées, 20 000 en éditions limitées manufacturées.

SON ACTUALITÉ

En 2016, lors des Journées du patrimoine, il nous faisait l’honneur d’exposer 10 de ses dernières œuvres à l’espace Rambouillet : nous mettions le « Cap sur la planète Saulterre » ! Véritable touche-à-tout, il change de matériaux au fil de son inspiration : ces dessins à l’encre, dédiés au changement climatique, aux oiseaux et personnages imaginaires, nous emportaient pour un voyage onirique. Ils nous permettaient également de découvrir une nouvelle facette de son talent protéiforme…

Aujourd’hui, l’un de ses projets en cours de réalisation est la publication d’un ouvrage de ses dessins fantastiques à l’encre : « Saulterre, L’âge inouï des métamorphoses ». Dans le même esprit que le précédent ouvrage, celui-ci verra se juxtaposer les dessins de l’artiste et des textes d’auteurs comme Jean-Gabriel Tordjman, Gilles Montelatici… l’ensemble sur papier japonais Unryu. Si on demande à Saulterre de nous confier quelques clés d’interprétation, on est très surpris : derrière des couleurs très vives, très gaies, son esprit clair mais tellement profond cache des pensées sombres. Il fait la constatation suivante : « L’homme est en train de scier la branche sur laquelle il est assis… ». Avec esprit, dans ses dessins, il aborde des sujets graves au travers de diverses thématiques : « Réchauffement climatique », « Venise », « Les rhinos fantastiques »…
Car il ne faut pas s’y tromper, l’œuvre de Saulterre, malgré la fantaisie et l’humour qui l’animent, l’imaginaire qu’il a créé, est une parabole sur le monde. Il voit tout, sent tout : le bonheur certes mais aussi le drame, le silence et le vacarme, la paix et la guerre, le passé et le présent ». Et quand on l’interroge sur son engagement, il répond humblement : « Finalement je ne suis qu’un témoin de mon époque ».
Saulterre, finalement, « ne laisse transparaître dans ses œuvres qu’une infime partie des secrets, des messages qui l’animent, laissant au spectateur le soin de déchiffrer, au-delà du plaisir de regarder... »

Il vient récemment de créer, avec Michel Bonnargent, la couverture du livre « L’ingratitude des oiseaux à bec » d’Ève de Laudec aux éditions Jacques Flament.
 

SON LIEN AVEC LE TERRITOIRE

Il s’est installé à Sonchamp car il a besoin du contact avec la nature. Quand il achète son terrain en forêt, dans les années 80, il n’a quasiment pas de voisins. Une végétation foisonnante dont on imagine qu’elle contribue à ce qu’il s’entoure de mystère, un environnement propice au développement d’un certain imaginaire.
D’un point de vue plus pratique, cette parcelle boisée en zone rurale lui a permis d’avoir, à proximité immédiate de son atelier, un tarmac lui permettant de s’atteler à des sculptures monumentales… chose qu’il ne pouvait avoir à Paris. Un choix stratégique qui lui permet néanmoins de conserver une certaine proximité avec la capitale et, surtout, d’avoir un accès rapide aux grands axes autoroutiers indispensables pour le transport de ses œuvres « hors-normes ».

MON ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR LE TERRITOIRE

Mon atelier à Sonchamp, « J’aime passionnément la nature et j’aime être entouré d’arbres ! »


Nous invitons tous ceux qui savent encore rêver à se rendre sur le site officiel de l’artiste : www.hi-saulterre.com

Retour en haut de la page

Réalisation Stratis

Ouvrir la fenêtre modale événementielle