Enlarge the image
Shaftaï

Art et culture

Gazeran Rambouillet

Shaftaï

« En travaillant dur, en y passant du temps, je transmets de la densité à mon œuvre... »

Publié le :

SES ACTIVITÉS

D’origine américaine, Shaftaï vit en France depuis plus de quarante ans. Il a élu domicile à Rambouillet au milieu des années 70 et c’est à la ferme d’Arbouville, à Gazeran, qu’il décide d’installer son atelier.
L’artiste y sculpte des œuvres abstraites, alliage de bois et de métal, des matériaux qui nécessitent une approche et des techniques très différentes.
Quand il démarre, il n’a pas de maquette, il part sans idée définie de ce qu’il veut faire. Le plus souvent, il pratique la taille directe, il prend une bille ou un morceau de bois et, armé d’une tronçonneuse, il peut trancher dans le vif. Ensuite, il se laisse guider, il travaille à l’instinct : les veines du bois, un nœud… au fil du temps, la sculpture évolue, elle prend forme. Shaftaï dit volontiers de lui qu’il est un artiste « lent » : pour que ses œuvres prennent vie, ce sont des heures de labeur… Le bois est un matériau dur, long à travailler… mais tellement sensuel. Shaftaï est un esthète, c’est la beauté qui l’intéresse. Chacune de ses œuvres sera une invitation au toucher et à la caresse, lorsque les parties en bois sont pleines, rondes et généreuses, ou au mouvement et à l’envol, lorsque les parties métalliques sont faites de formes géométriques, de droites, d’obliques…
Et comme nombre d’artistes, le sculpteur a su conserver son âme d’enfant et un regard empreint de poésie. Avec ses œuvres, il aime surprendre, raconter une histoire… mais il est aussi parfois le premier à être étonné par ce qu’il a créé. Pour qu’une œuvre soit réussie, il faut qu’elle interpelle, qu’elle interroge, qu’elle ne se livre pas immédiatement, qu’elle soit un trait d’union entre le monde réel et l’imaginaire, celui de l’auteur et du spectateur. La sculpture se dévoile lorsqu’on s’y attarde, on la contemple car on y prend du plaisir et qu’elle nous fait vibrer.

SON ACTUALITÉ, SES PROJETS

Shaftaï ambitionne de continuer son œuvre le plus longtemps possible, « Aussi longtemps que j’en serai capable ! » nous confie-t-il.
Car il ne faut pas s’y tromper, ses travaux sont très physiques. Quel que soit l’outil (fer à souder, tronçonneuse mais aussi toute la panoplie de l’artisan qui travaille le bois et le métal), la tâche peut s’avérer pénible… mais, d’allure svelte, l’artiste est affûté tel un athlète prêt pour la compétition.
Très exigeant vis-à-vis de son travail, c’est un « laborieux » : il a besoin de temps… pour trouver l’inspiration, façonner une pièce. Il est également intimement persuadé qu’en travaillant dur, consciencieusement et en y passant du temps, il transmet de la densité à son œuvre.
Il souhaite donc continuer à exposer ses œuvres lors d’expositions, dans des galeries. D’une grande humilité, le sculpteur a pourtant reçu de nombreux prix au cours de sa vie d’artiste. Côté sur le marché de l’art, ses œuvres font partie de collections privées en Europe (France, Belgique, Allemagne, Pays-Bas…) et aux États-Unis.
Il ouvre régulièrement les portes de son atelier au public, notamment lors du parcours Hélium en vallée de Chevreuse, qui donne une visibilité aux artistes tous les ans, en octobre, depuis près de 15 ans.

En parallèle de son art, le sculpteur s’intéresse aussi au théâtre et à la littérature.
Il a une pièce de théâtre en projet, qu’il aimerait pouvoir jouer dans la région prochainement.
Il est également conteur et intervient ponctuellement auprès des tout jeunes, dans les écoles du territoire, et des moins jeunes, lors d’ateliers auprès de personnes atteintes d’Alzheimer. Et là encore Shaftaï est dans la création : pour conter ses histoires, il aime s’entourer d’objets qu’il conçoit, qu’il fabrique, pour ajouter au merveilleux. L’exercice nécessite beaucoup de spontanéité, l’expérience est éphémère… mais grâce à quelques confidences et témoignages - fruits d’heureux hasards - nous savons que chacune de ses interventions marque fortement les esprits !

MES ENDROITS PRÉFÉRÉS SUR LE TERRITOIRE

Né à Detroit, dans le Michigan, Shaftaï se définit comme un urbain.
Mais il est aussi originaire d’un secteur riche en eau : la région des grands lacs…
Il est donc heureux de trouver à proximité immédiate de Rambouillet de nombreux points d’eau : « J’apprécie pouvoir faire, de temps en temps, le tour de l’étang d’Or à pied ou encore prendre mon vélo pour de petits périples entre rivières, mares et étangs. »

Son atelier
Ferme d’Arbouville : 94 rue d’Arbouville - 78125 Gazeran
Vous pouvez voir ses œuvres sur son site Internet ou à l'atelier, sur rendez-vous, au 06 77 43 44 33.

Retour en haut de la page

Réalisation Stratis

Ouvrir la fenêtre modale événementielle